Logo AMEF
Logo AMEF

Silicose, la malédiction des comptoirs…

Silicose, la malédiction des comptoirs…

Au début, il avait seulement de la fièvre, mais Augustin Cebada savait que quelque chose clochait. À 30 ans, et en dépit de son apparence saine, il s’étouffait au moindre effort. Radiographies, analyses, tomodensitométrie de la poitrine, et des biopsies ont été nécessaires pour parvenir à un diagnostic tombé fin de 2009. « Je me souviens de la tête du Pneumologue lorsqu’il m’a annoncé : « Vous ne croirez jamais ces résultats » », se souvient Docteur Andrés Rabadán, médecin épidémiologiste et chef de la santé publique de la Junta de Andalucía à Cadix. Augustin avait une silicose, la maladie des mineurs, bien connue dans les bassins miniers des Asturies et du Pays Basque. Comme beaucoup d’autres personnes, Augustin a travaillé comme marbrier à Chiclana de la Frontera (Cadix), et comme d’autres marbriers, il n’a pas supporté sa transplantation pulmonaire, et il est mort le 4 Octobre de 2012.

Avant sa mort, Augustin Cebada a eu le temps de mobiliser d'autres compagnons de la société dans laquelle il travaillait (Marmolistas à Chiclana), dont certains sont également tombés malades. Il a donc fondé l'Association des personnes atteintes et touchées silicose (ANAES) pour tenter de réunir tous les travailleurs Espagnols confrontés à cette maladie qui n’est pas considérée comme professionnelle pour les mineurs. Compte tenu de la prolifération inhabituelle, pneumologues et épidémiologistes de Cadix ont mené des recherches scientifiques. « La Silicose a été primairement diagnostiquée sur 46 hommes de 33 ans d’âge moyen, et travaillant en moyenne depuis 11 ans dans la fabrication de plans de cuisines et comptoirs en quartz de synthèse », conclut l'étude en 2014.

En juin 2016, 364 personnes ont été répertoriées à Cadix et en Andalousie. (109 cas dans la province de Cadix, et 255 en Andalousie). « Après Augustin, un de ses collègue de travail est également mort à 35 ans » ajoute David Medina Garcia, président de l'ANAES.

L’Alerte des pneumologues est également due, à la concentration spatio-temporelle des diagnostics répertoriés entre 2009 à 2012, et localisés principalement autour de la ville de Chiclana de la Frontera (Cadix). Peu se souviennent que Chiclana était une ville agricole avant de devenir un petit centre industriel spécialisé, entre autres, dans le façonnage des quartz de synthèse en comptoirs et plans de cuisines, résume l'étude. Dans leurs nouveaux logements, tous voulaient des comptoirs modernes et des couleurs attrayantes.

« Le Quartz synthétique est devenu le matériau star ! Au début, j'étais réticent, mais les magasins de cuisines le plébiscitent et s’arrangent pour l’incorporer », explique Manuel Barbosa, propriétaire de la Marbrerie du même nom, et secrétaire de l’ASEEYA, (Association des Countertops & Allied). Rappelez-vous en 2007, à l’apogée de la bulle immobilière, il y avait 24 marbriers dans la ville. « Aujourd'hui, seulement quatre sont encore présents ».

Définition de protocoles

Le principe en Andalousie était clair, on devait répertorier les cas de silicose : Créer un plan d'urgence afin d'éviter de nouveaux cas. Les deux ministères de la Santé et de l'emploi ont lancé de manière parallèle, des campagnes d'inspection constantes ont été menées. Ils ont également lancé un tour de table où sièges les travailleurs, les entrepreneurs tels que Marmolistas, et où des industriels sont représentés. L'idée est que le document qui sortira de cette réunion sera approbée par le Parlement Andalou sous un mois. Les personnes touchées sont convaincues qu’il faut mener également ce projet à l’échelle nationale. « En Espagne, il y a encore beaucoup de patients qui ne savent pas quoi faire », a déclaré David Medina de l’ANAES. Les cas recensés par l'Institut National de la Silicose ont diminué avec la fermeture des mines de 2003 (375 cas) à 2007 (115 cas), puis ils ont re-augmenté chaque année jusqu'à 256 cas en 2011… Les entrepreneurs définissent également la pertinence du plan andalou comme d’un outil pour définir des protocoles. « Ils ont été à l'aveuglette dans chaque inspection nous a dit que nous devions changer quelque chose, sans critères de sécurité clairs », se plaint le président de ASEEYA, Rocío Rodríguez.

L’asphyxie de l’incertitude

Salvador Arce, Secrétaire de l'ANAES, ne se souvient pas ce qu'était la vie avant d'être malade, « J'ai une toux chronique, aujourd’hui, je suis fatigué dès que je bouge. Avant je pouvais marcher cinq kilomètres sans me fatiguer, mais maintenant c’est impensable. Tout çà parce que j’ai travaillé des comptoirs de cuisines en aggloméré de quartz entre 2004 à 2008 ! « Le THR (scan de test de la poitrine) a été effrayant » vient de corroborer Andrés Rabadán. Ils présentaient des taches inquiétantes sur les poumons « produites par l'accumulation de silice inorganique en poudre dans les poumons ». Le risque de maladie est associé au temps d’exposition et la quantité de silice cristalline inhalée. Actuellement en plus, il est connu que la silice fraîchement fracturée est très toxique. Celà explique pourquoi l'implication de ces travailleurs est plus grave que les mineurs. Sur des périodes d'exposition allant de deux à dix ans, ils ont développé une silicose mais beaucoup plus virulente que celle connue auparavant. « Notre maladie n'a pas de remède ni d’amélioration. La situation peut au-mieux être maintenue mais normalement le processus est qu’elle passe de silicose chronique simple à compliquée », dit Medina. « C’est une maladie auto-immune dont nous ne connaissons aucun taux de survie », explique Andrés Rabadán. Cependant, nous tentons d'envoyer un message d'espoir aux malades : « Des projets de recherche pour trouver un traitement sont en développement. » « Même si d’extérieur j’ai une belle apparence, à l'intérieur c’est le contraire », explique Manuel Vela. Il a 36 ans et a contracté la maladie il y a six ans. L’avancement de sa maladie est en phase « compliquée ». Beaucoup de malades ont leurs reins affectés, ou ont des problèmes de circulation qui les conduisent à perdre sensation dans les extrémités. La plupart ont des fièvres périodiques, des apnées et étouffent même dès le moindre effort physique. Manuel Vela a obtenu l'invalidité permanente totale : « J'ai deux enfants et une hypothèque à payer. Je gagne environ 800 euros et j’ai de la chance parce que certaines personnes ont des pensions de 400 euros ». Une demande a été faite pour que l'arrêté ministériel réglementant les règles de la sécurité sociale datant de 1969, soit modifiée pour reconnaître leur situation. Dans les faits en Mars 2016, le Congrès du PSOE a fait une proposition de loi pour le faire. Il ne vint pas au débat, bien que l'Institut national de sécurité sociale est accepté de facto la réinterprétation de l'ordonnance, tout en continuant à utiliser la mutuelle pour prolonger son calvaire.

Ruine & contentieux

Une souffrance également invalidée en cour. Presque toutes les personnes concernées ont des procès en cours. « Légalement, l'employeur est responsable de ce qui est arrivé », explique Andrés Rabadán. Mais il ajoute : « Ce n'est pas si facile, car pour toutes les victimes, il y avait une chaîne d'erreurs. ». En fait, le rapport établi par son équipe conclue : « L'échec apparent de toutes les parties intéressées (fabricants, prévention des services des risques professionnels, les accidents et les maladies professionnelles mutuelles, et les entrepreneurs), dans la mise en œuvre des mesures protection sur les lieux de travail et la surveillance de la santé professionnelle, a conduit à une situation grave, dont l'ampleur ne peut encore être prédite avec précision ». « On nous a dit que çà se travaillait comme le marbre ou le granit », a déclaré Manuel Barbosa. Ils coupent et ils poncent, avec comme seule protection d'un masque facial. Mais la poussière de microparticules de silice, peut rester deux jours en suspension. Tout a changé avec les premiers cas « en 2009 on a commencé à voir venir des étiquettes expliquant les mesures de sécurité et expliquant comment travailler…», dit l'entrepreneur. Vous ne trouvez pas les fabricants dans diverses déclarations publiques, ils ont souligné que depuis le début a indiqué la composition du matériau. « Nous avons embauché des plans de prévention externes, nous savons maintenant qu'ils étaient faits erronés », résume Rocío Rodríguez, président de ASEEYA. Aujourd'hui, des entreprises comme l'eau Barbosa ont des machines qui travaillent dans réservé et manipulés par les opérateurs protégés avec des zones de masques. a même une lessive pour garder les vêtements de l'atelier.

Entreprises ruinées par les indemnisations

Rocío Rodríguez avait une société de marbrerie à Chipiona, mais la crise l’a appauvri. En 2015, suite au premier procès perdu face à un travailleur, il a fermé sa société. Rocío Rodríguez a encore trois procès en cours. Barbosa a sept procès en cours, dont un qui est jugé au pénal. « Nos collègues de l'association ont également des silicoses parce qu'ils étaient également en atelier. L'un d'eux s’est suicidé car il était incapable de supporter toute cette souffrance ». En moyenne, la condamnation donnée à chaque travailleur varie de 200.000 et 300.000 euros. À cela il faut ajouter la sanction de l'INSS « avec un supplément de prestation allant de 30% à 50% de la pension de travail », dit le président des entrepreneurs concernés. « Nous nous sentons impuissants, toutes les responsabilités des multiples acteurs retombent sur les propriétaires des petites entreprises. Les travailleurs sont nous exigeant et alors que nous réclamer des dommages », dit Rocío Rodriguez. Les anciens employés sont souvent derrière et les avocats s’en servent pour recueillir des témoignages et dénoncer des amis ou des parents qui étaient leurs chefs. C’est difficile car ils veulent gagner quelque chose, comme admet Manuel Vela : « J’ai signalé à la société, mais elle est maintenant fermée. Les procès sont entrain d’être gagnés, mais ils sont déclarés insolvables et ne sont pas payés ». Pressé contre les cordes, les employeurs et les travailleurs savent que leur ennemi commun est une solution acceptable pour les deux parties. Depuis ASEEYA fait également valoir que la silicose est légalement reconnue comme une maladie professionnelle. Ils croient que la surtaxe et le paiement des prestations se trouveraient dans un état, comme cela se produit avec d'autres conditions. Si elles échouent, ils attenteront une action en justice contre les fabricants ou l’Administration pour trouver les coupables « de l'épidémie du secteur », comme l’explique Rocío Rodriguez. En attendant, ils commencent à la fois réclament une prévention efficace, avec des protocoles performant et vraiment fiables pour éviter de nouveaux cas. David Medina craint que de nouveaux cas se présentent et ne veulent pas que d'autres cas continuent à subir le même sort : « Nous sommes malades dans la fleur de l'âge avec les familles à nos frais et sans savoir comment nous allons durer, comment pouvons-nous expliquer çà à nos enfants ? »

Source

Vous êtes marbrier ?

Rejoignez l'Association des Marbriers
Écologiques de France

Rejoignez-nous